Les banques en Suisse comptaient toujours parmi les principaux employeurs du pays en 2017. Le nombre de collaborateurs employés dans les banques a baissé de 7,7% l’année dernière pour s’établir à 93 555. Ce recul s’explique par la délocalisation de personnel liée aux exigences réglementaires s’appliquant aux filiales n’ayant pas de licence bancaire. En dehors de ces effets exceptionnels, on n’observe qu’un léger recul de l’emploi dans le secteur bancaire.

Comme le montre la publication «Les banques en Suisse» de la Banque nationale suisse (BNS) qui paraît aujourd’hui, les effectifs des banques suisses ont diminué de 7822 employés pour s’établir à 93 555 (–7,7%). Ce recul qui semble au premier abord important est dû à un effet exceptionnel: dans le contexte des exigences réglementaires (ce qu’on appelle la «réglementation too big to fail»), les grandes banques ont dû adapter leur structure organisationnelle, ce qui s’est traduit par une délocalisation du personnel vers des sociétés de services internes aux groupes. Ces sociétés ne disposent d’aucune licence bancaire, ce qui explique pourquoi le personnel correspondant n’apparaît plus dans les statistiques de la BNS.

En raison de cet effet exceptionnel, les chiffres de l’emploi de la BNS ne sont donc que partiellement comparables avec ceux des années précédentes. Pour procéder à des comparaisons, il faut donc recourir à la statistique de l’emploi en Suisse (STATEM) qui utilise un autre terme bancaire dans la catégorie «Prestation de services financiers». On note ici un léger recul de 0,8% (au 1er trimestre 2018 par rapport au 1er trimestre 2017). Malgré un environnement exigeant, la mutation structurelle et le passage au numérique, on n’observe qu’un léger recul de l’emploi dans les banques en Suisse.

Comme le note la BNS, on a enregistré un recul des effectifs dans les banques étrangères (–327 employés) ainsi que dans les «Autres banques» (–100 employés). En raison de l’effet exceptionnel évoqué, les effectifs des grandes banques ont reculé de 7959 employés (–23,1 %) pour se porter à 26 566 employés. Ce sont en particulier les banques boursières (+370 employés) et les banques Raiffeisen (+212 employés) qui ont connu une hausse.

La part des femmes dans le secteur bancaire suisse a augmenté légèrement, à 39% (en 2016: 38,5%) et demeure donc inférieure à la moyenne suisse de 47% toutes branches confondues.