Dans le secteur bancaire, les négociations salariales ne se déroulent pas au niveau sectoriel. Néanmoins, Employeurs Banques fournit à ses membres les bases nécessaires pour alimenter les discussions en interne et donne également des prévisions. La présentation de Employeurs Banques contient tous les chiffres clés pertinents ainsi que les prévisions actuelles. En raison des risques conjoncturels considérables induits par l’évolution sur le plan géopolitique ainsi que de la poursuite de la pression sur les coûts, il faut compter sur une marge de manœuvre réduite en matière d’augmentation des salaires.

 

L’évolution économique mondiale est caractérisée à l’heure actuelle par des chiffres de croissance en baisse et des risques géopolitiques considérables. Cet environnement fragile pèse également sur la situation de la Suisse. C’est pourquoi, en automne, le groupe d’experts de la Confédération a dû revoir la croissance du produit intérieur brut pour 2019 à 0,8%. Pour l’année à venir, il faut tabler, sous réserve de maintien des risques conjoncturels mentionnés, sur une croissance de 1,7%. Le taux d’inflation qui est pris en compte dans l’évolution des salaires devrait s’établir à 0,5% en 2019 et à 0,4% l’an prochain selon les prévisions. Les exigences du côté des salariés revêtent différentes formes: l’Association des employés de banque revendique 2%, mais la Société des employés de commerce évoque dans son communiqué un environnement difficile pour le secteur bancaire et chiffre ses exigences entre 1 et 1,5%.

Employeurs Banques souligne les défis majeurs auxquels sont confrontées les banques, qui continueront d’accroître la pression des coûts dans les années à venir. Dans ce contexte, Employeurs Banques estime que la marge de manœuvre en matière d’augmentation des salaires sera limitée dans de nombreux établissements bancaires. L’enquête d’UBS sur les salaires prévoit une augmentation moyenne des salaires d’un pour cent dans le secteur bancaire. L’enquête menée auprès des banques représentées au sein du Comité directeur d’Employeurs Banques affiche des résultats similaires. La marge de manœuvre devrait osciller entre 0,8 et 1,2%.