La troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) supprime des privilèges fiscaux qui ne sont plus acceptés au plan international. Pour éviter que les sociétés à statut fiscal spécial concernées par la réforme quittent la Suisse, diverses mesures de compensation sont prévues. La réforme revêt une importance fondamentale pour la compétitivité de la Suisse. Dans le cas d’un Non, 150 000 emplois et 5 milliards de francs de recettes fiscales seraient en jeu.