Les évolutions sociétales et technologiques insufflent un changement de paradigme au niveau du partenariat social. Toute approche de solution innovante en matière de partenariat social ne pourra faire l’économie d’une prise en compte globale des défis auxquels le secteur est actuellement confronté.

Un seul thème figurait parmi les points à l’ordre du jour de la séance extraordinaire de l’Association des instituts de crédit de Zurich du 30 septembre 1918: «Discussion sur la situation engendrée par la cessation de travail des employés de banque».  La veille, à l’occasion d’une assemblée générale de l'Association des employés de banque de Zurich, une grève immédiate avait été décidée, dans le but que les banques accordent à l’Association des employés de banque le statut de partenaire de négociation et, par là-même conviennent d’un barème de salaires.

Engagement conjoint

Après de courtes mais intenses négociations, le 1er octobre 1918, les banques ont convenu d’un règlement relatif aux niveaux de rémunération. Celui-ci prévoyait des augmentations substantielles à chacun des 15 échelons. Cet épisode marque formellement la naissance du partenariat social au sein du secteur.

En 2018, nous fêterons ainsi les 100 ans d’histoire du partenariat social du secteur qui, si elle a été marquée par des hauts et des bas, fait néanmoins apparaître une constante centrale: l’engagement conjoint à l’égard du partenariat social et la reconnaissance de la recherche de solutions basées sur la concertation sociale comme réponse à des défis identifiés conjointement.  

La lecture de l’histoire du partenariat social montre également combien le cœur de son enjeu s’est déplacé. Au cours des premières décennies, celui-ci tournait autour de la question d’une définition commune des salaires et des conditions de travail. Cependant, au tournant du siècle dernier, la primauté de cet enjeu du partenariat social a progressivement été remise en question puis dépassée par les évolutions sociétales et technologiques. Les cycles d’innovation qui ne cessent de s’accélérer et l’éclatement des structures sociales posent un certain nombre de nouvelles questions auxquelles il est difficile de répondre à la table de négociations.

Nouvelles approches de solution

Ce changement de paradigme qui se dessine actuellement va à l’avenir s'accentuer. La numérisation, la mutation des valeurs et des structures et l’évolution démographique laissent le champ libre à de nouvelles formes de travail, tout en générant des défis toujours plus grands et toujours plus complexes pour les partenaires sociaux. Par conséquent, les conditions de travail générales ne peuvent plus former l’unique point de mire partagé par les employés et les employeurs et doivent céder leur place au maintien de l'employabilité personnelle en tant que nouveau centre des enjeux.

Lorsqu’il s'agit de s’assurer de la transposition efficace et crédible du partenariat social dans le contexte actuel, force est d’admettre que si autrefois l’évolution de l’environnement ne constituait qu’un facteur secondaire, il est devenu aujourd’hui une activité centrale du partenariat social.

Afin d’être en mesure de maîtriser cette mutation du centre des enjeux d’une place financière couronnée de succès offrant des emplois attrayants tournés vers l'avenir, les partenaires sociaux devront appréhender de façon commune les grands défis à relever. Il conviendra également de revoir les formes de partenariat social: alors qu’il y a 100 ans, la convention collective de travail constituait le seul outil incontesté, les enjeux de notre époque encouragent désormais l’émergence de nouvelles approches de solution innovantes en matière de partenariat social. Cette évolution marque le début d’une nouvelle ère pour le partenariat social.