Dans sa prise de position relative à la consultation sur la réforme de la prévoyance professionnelle, Employeurs Banques propose une solution constructive située entre les propositions du Conseil fédéral et celles de l’Union suisse des arts et métiers.

Employeurs Banques salue la réduction du taux de conversion de 6,8% à 6,0%, mais rejette le concept de compensation de la perte de rendement qui en découle. L’introduction d’un financement solidaire par une cotisation forfaitaire pour la génération transitoire va à l’encontre des principes fondamentaux du modèle des trois piliers. La réduction de la déduction de coordination et l’ajustement des bonifications de vieillesse sont en revanche bien accueillis sous leur forme modifiée.

En collaboration avec d’autres associations professionnelles, Employeurs Banques propose un compromis raisonnable pour assurer une approche constructive. Celui-ci prévoit un taux de conversion de 6%, une déduction de coordination personnalisée, des bonifications de vieillesse de 9% pour les 20 à 24 ans (et donc un début anticipé de la prévoyance), de 12% pour les 35 à 44 ans et de 16% pour les 45 à 65 ans. La compensation de la génération transitoire doit se faire de manière décentralisée, avec les réserves disponibles dans les caisses. Cette proposition maintient la séparation éprouvée du 1er et du 2e pilier (prise de position en allemand).