On attend avec impatience l’utilisation à grande échelle des autotests Covid-19 ainsi qu’une vaccination généralisée de la population qui permettraient d’obtenir une normalisation progressive de la vie privée et économique. Employeurs Banques résume la situation actuelle en matière de tests et de vaccination et prend position du point de vue des employeurs.

Tester –  des autotests simples disponibles à partir du 7 avril 2021

La stratégie de dépistage élargie de la Confédération permet d’utiliser les tests rapides antigéniques validés également pour tester des personnes asymptomatiques. Ces tests nécessitent l’intervention de personnel médical spécialisé. De nombreux cantons ont développé des concepts de "tests rapides répétitifs" qui sont également accessibles aux entreprises (exemple: canton de Zurich).

Il faut bien distinguer les autotests antigéniques, qui peuvent être utilisés sans intervention de personnel médical spécialisé et indépendamment des programmes de dépistage cantonaux., des tests rapides antigéniques. Le Conseil fédéral a défini les conditions d’utilisation de ces tests. Ils ne doivent être délivrés que par des pharmacies. Chaque personne pourra retirer 5 autotests gratuits par mois en pharmacie à partir du 7 avril 2021. On ne sait pas encore clairement dans quelle mesure et à quelles conditions les entreprises pourront acheter et distribuer des autotests antigéniques.

Employeurs Banques estime que tester régulièrement la population, et donc aussi les collaborateurs, pour des symptômes de Covid-19 est un élément clé pour freiner la pandémie et s’avère une mesure judicieuse pour accompagner l’assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus telles que le télétravail obligatoire. Les tests à grande échelle de la population doivent être en premier lieu rendus possible par la délivrance prévue de 5 tests par personne et par mois en pharmacie. Parallèlement, il faut mettre des autotests à la disposition des entreprises en grande quantité. Cette remise doit cependant s’accompagner de directives claires et de recommandations uniformes. Les différences cantonales, comme pour les concepts de test rapide, doivent être évitées.

Employeurs Banques exige que la réalisation d’autotests en entreprise soit assortie d’assouplissements de l’obligation de télétravailler. Comme on ne sait pas encore si et quand les autotests seront disponibles pour les entreprises,, Employeurs Banques déconseille actuellement de développer sa propre stratégie de dépistage et d’acheter des autotests antigéniques non autorisés. Dès que nous disposerons d’informations fiables, Employeurs Banques informera ses membres et émettra des recommandations d’action correspondantes.

Vaccination – des différences entre les Cantons et pas assez de doses

La campagne de vaccination contre la Covid-19 a commencé en Suisse début 2021. Elle repose sur la stratégie vaccinale de la Confédération mise en œuvre par les Cantons. Les groupes cibles prioritaires pour cette campagne sont les personnes vulnérables, le personnel de santé en contact avec des patients et le personnel accompagnant les personnes vulnérables, les contacts étroits (membres du ménage) des personnes vulnérables de même que les personnes résidant dans une institution communautaire qui présentent un risque accru d’infection et de maladie. On ne sait pas encore quand l’ensemble de la population aura accès au vaccin, car cela dépend de la disponibilité des doses. Selon les Cantons, on vaccine dans des centres de vaccination, des hôpitaux, des institutions mobiles, des pharmacies ou des cabinets médicaux. Il n’a pas encore été précisé si, et dans quelles conditions, il sera possible d’effectuer des vaccinations au poste de travail. Cela dépend des plans cantonaux de mise en œuvre. Les vaccinations sont gratuites (prise en charge par les caisses maladie et la Confédération, également pour les personnes non vulnérables)

Employeurs Banques recommande la vaccination contre la Covid-19 comme une mesure efficace pour enrayer la pandémie et les effets massifs sur la santé et l’économie qui en résultent. Les employeurs devraient recommander à leur personnel de se faire vacciner. Mais il ne sera possible d’émettre des recommandations concrètes que lorsque l’on saura où et dans quelles conditions la vaccination sera possible pour le grand public. Le montage d’une infrastructure interne à l’établissement ne semble judicieux qu’à condition de savoir s’il sera vraiment possible de vacciner en entreprise.

Toute la campagne de vaccination contre la Covid-19 repose sur le principe du volontariat. Aucune obligation générale de vaccination n’est prévue en Suisse. En principe, compte tenu de leur droit de donner des instructions, les employeurs peuvent imposer à leur personnel une obligation de vaccination. Mais ils doivent respecter dans ce contexte le principe de proportionnalité. Jusqu’à présent, on admet que cela n’est admissible que pour les collaborateurs en contact étroit avec des personnes vulnérables (personnel dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux). En conséquence, une obligation généralisée de vaccination pour le personnel du secteur bancaire n’est pas envisageable.  On peut se demander cependant dans quelle mesure on peut exercer une pression indirecte (p. ex. seuls des collaborateurs vaccinés peuvent accéder à un bâtiment, obligation de télétravail pour les collaborateurs non vaccinés, contact physique avec les clients réservé aux collaborateurs vaccinés, etc.). Employeurs Banques considère que de telles mesures sont admissibles à partir d’un certain moment (lorsque la vaccination sera accessible au grand public).